RDC: le retour de l'opposant historique peut-il débloquer la crise politique?

01 Août, 2016, 01:01 | Auteur: Lynn Cook

Rassemblées autour de M. Tshisekedi, plusieurs d'entre elles ont finalement donné un avis favorable à ces pourparlers, moyennant des préalables dont la libération des prisonniers politiques et d'opinion. L'opposition congolaise craint que le président Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de briguer un nouveau mandat, ne reporte le scrutin présidentiel prévu en fin d'année pour s'accrocher au pouvoir.

Rappelons qu'en août 2014, M. Tshisekedi avait été victime d'un malaise avant d'être évacué par avion médicalisé en Belgique où il continuera de faire de la politique jusqu'à ce qu'il décide de rentrer à Kinshasa. Il a ensuite passé deux ans en convalescence en Belgique, l'ancienne puissance coloniale.

Tshisekedi a quitté l'aéroport de Bruxelles peu après 07h00 à bord d'un "jet privé" d'une dizaine de places emmenant huit membres de sa délégation, a indiqué un de ses collaborateurs de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), le principal parti d'opposition en RDC.

Et d'inviter "la population de Kinshasa à se mobiliser massivement" pour réserver au président de l'UDPS, "un accueil délirant, mais dans le calme et la discipline".

Il faut que les forces de sécurité de la République démocratique du Congo (RDC) fassent preuve de retenue dans le cadre de leur intervention lors des manifestations antagonistes qui doivent se dérouler les 29 et 31 juillet à Kinshasa, la capitale, a déclaré Amnesty International vendredi 29 juillet.

Opposant sous la dictature de Mobutu Sese Seko (1965-1997), l'octogénaire a aussi combattu le régime de son successeur Laurent-Désiré Kabila, père de l'actuel chef de l'État. Tshisekedi, qui ne s'est pour le moment pas déclaré candidat à la prochaine élection, prévoit un grand meeting de l'opposition, dimanche, à Kinshasa.

Le retour de Tshisekedi intervient aussi à quelques jours du lancement des travaux préparatoires du dialogue national (initié en novembre 2015 par le président Kabila en vue d'élections apaisées), selon le calendrier publié par le facilitateur de l'Union africaine, le Togolais Edem Kodjo. Il est en outre considéré comme l'un des principaux artisans du "Rassemblement", un regroupement d'opposition créé en Belgique en juin, opposé à toute prolongation du mandat de M. Kabila.

L'opposition, qui dénonce cet arrêt comme nul et non avenu, accuse depuis des mois M. Kabila de chercher à trahir la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Recommande: