JO-2016/CIO: l'épineux dossier russe au menu du gouvernement olympique

01 Août, 2016, 01:00 | Auteur: Sue Barrett
  • JO-2016/CIO: l'épineux dossier russe au menu du gouvernement olympique

Pour justifier l'exclusion des deux derniers haltérophiles russes engagés, l'IWF souligne avoir été extrêmement "choquée et déçue des statistiques des haltérophiles russes" en matière de dopage.

Au Brésil, même les trafiquants de drogue se mettent à l'heure des Jeux: dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 juillet, la police fédérale brésilienne a saisi à Rio de Janeiro une importante quantité de drogue conditionnée dans des sachets en plastique aux couleurs officielles de l'événement sportif.

Accusé d'un manque de fermeté face à la Russie et à son dopage qualifié d'Etat par le rapport McLaren, le patron du CIO a d'abord expliqué que son organisation "n'est pas responsable du timing de la publication (ndlr: le 18 juillet) du rapport McLaren". Le deuxième filtre est le fait que le Comité olympique russe ne pourra pas rajouter de sportifs qui ont déjà été pris en défaut de violation des règles antidopage.

La Fédération internationale d'haltérophilie a exclu vendredi les huit sportifs qui composaient l'équipe olympique russe.

Combien de sportifs russes participeront aux JO (5-21 août)?

Le ministre des Sports russe, Vitaly Mutko, a déclaré vendredi à un média local que 272 athlètes avaient reçu le feu vert des diverses fédérations sportives internationales, et il a ajouté que ce nombre pourrait être plus élevé.

Au milieu des réunions du CIO et des recours des athlètes, Vitali Stepanov, ancien contrôleur de l'agence antidopage russe, à l'origine, avec son épouse Yuliya, des révélations sur le dopage dans l'athlétisme de son pays, s'est dit convaincu que le dopage frapperait les JO de Rio. Elle fait notamment suite à l'exclusion initiale de la quasi-intégralité des athlètes et des rameurs (aviron). En attendant la décision des fédérations internationales de boxe, de gymnastique, de golf et de taekwondo.

Le dossier, éminemment sensible et polémique, va dominer la commission exécutive. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: