Attaqué par Higuain, De Laurentiis craque et torpille l'Argentin — Naples

31 Juillet, 2016, 02:09 | Auteur: Lynn Cook

Alors que Gonzalo Higuain ne s'était pas privé de critiquer Aurelio De Laurentiis, le président de Naples, ce dernier n'a pas tardé à répondre à son ancien attaquant: " Il affirme que la raison pour laquelle il a décidé de partir de cette équipe était de ma faute.

Ce jeudi lors de sa présentation avec le club piémontais, Higuain avait répondu à De Laurentiis qui l'avait qualifié de "traite": "Je remercie mes partenaires et les tifosi de Naples mais pas De Laurentiis".

Des propos qui sont très mal passés auprès du président napolitain Aurelio De Laurentiis, complètement retourné.

Une phrase qui a provoqué la colère du producteur de cinéma, qui s'est fendu d'un communiqué cinglant envers Pipita. Si Monsieur Gonzalo Gerardo Higuain était si gêné par ma présence, il lui a fallu de nombreuses années pour s'en rendre compte, à moins d'être un hypocrite ou un acteur de génie. "[.] Comment se fait-il que son agent n'ait pas fait part de ses réticences quand nous nous sommes rencontrés pour évoquer une prolongation de contrat [en 2015]?" S'ils étaient aussi gênés que ça par moi, ils n'auraient pas pris autant de temps pour parler d'argent, de beaucoup d'argent, avec grand intérêt et disponibilité. "N'a-t-il pas honte de dire que les équipiers de Gonzalo n'étaient pas bons alors que Naples était l'équipe qui se procurait le plus d'occasions en Italie, condition fondamentale pour permettre à un attaquant de marquer beaucoup de buts?"

" 5. Chercher à expliquer le fait que son départ soit de ma faute est un manque de respect pour les Napolitains". Si Higuain avait lu l'histoire de Naples, il découvrirait que cette ville fut la seule à se débarrasser des nazis, avant même l'arrivée des Américains, ils ont trouvé une ville déjà libérée quand ils sont arrivés. "Ce peuple, on peut le trahir si on est sans vergogne, mais on ne peut pas l'enc***", a-t-il conclu.

De quoi enflammer encore un peu plus les débats. La rencontre à San Paolo, le 2 avril prochain, promet d'être houleuse.

Recommande: