Premières aides financières versées aux victimes de Nice

22 Juillet, 2016, 01:18 | Auteur: Lynn Cook
  • Premières aides financières versées aux victimes de Nice

Les victimes des attentats du 13 novembre avaient critiqué de trop longs délais dans leur première prise en charge.

Les premières indemnisations des victimes de la tuerie de Nice, où 84 personnes sont mortes et 202 ont été blessées, seront débloquées la semaine prochaine, a annoncé samedi une ministre française. "Avec les réserves actuelles de 1,450 milliard d'euros du fonds de garantie, le FGTI a de quoi indemniser les victimes d'attentats terroristes", a-t-elle tenu à "rassurer".

Pour faire valoir leur droit à indemnisation, les victimes indirectes et psychologiquement atteintes devront fournir des éléments de preuve.

Ce Fonds, créé en 1986 durant une vague d'attentats, dispose de réserves suffisantes, selon la secrétaire d'Etat.

Un mois maximum après avoir reçu un dossier valable, le FGTI verse une provision au demandeur.

Car après les attentats du 13 novembre, pour lesquels seront prélevés environ 350 millions d'euros, l'attaque survenue à Nice pourrait faire augmenter la facture de manière exponentielle, au vu du grand nombre de victimes pouvant prétendre à une indemnisation. Il encourage donc les demandeurs d'indemnisations à utiliser des témoignages et leurs historiques de téléphone de façon a prouver leur qualité de victimes.

Les récentes attaques jihadistes ont fait doubler le nombre de dossiers traités liés au terrorisme: 4.200 en tout sur ses 28 premières années de vie, et presque autant sur la seule année 2015, observe Mme Rudetzki, également présidente de SOS attentats. Le formulaire rappellera la date, le lieu, l'autorité de police ou de gendarmerie intervenue et sera accompagné de justificatifs des dommages corporels (certificat médical, état des premiers frais médicaux engagés...). L'attentat du 14-Juillet rebat les cartes: sur la promenade des Anglais à Nice, 30.000 personnes étaient présentes. Les demandes d'indemnisation promettent donc d'être nombreuses et coûteuses, ce qui fait craindre que certaines victimes de Nice ne soient pas ou peu indemnisées, sachant que le montant des indemnités varie évidemment selon le préjudice subi.

Pour les personnes tuées, le FGTI prend en charge les obsèques et indemnise les ayants droit pour leurs préjudices moraux et économiques.

Interrogée sur le plateau de RTL par Jérôme Chapuis, la ministre de la Santé Marisol Touraine a pourtant affirmé: "Les soins seront pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale" et agrémentés d'un "accompagnement psychologique des victimes".

Recommande: