Theresa May désormais seule en lice pour devenir Premier ministre — Royaume-Uni

13 Juillet, 2016, 00:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Theresa May seule candidate au poste de Premier ministre britannique

"Il n'y aura pas de tentative de revenir par la porte dérobée", a-t-elle assuré.

Dans l'après-midi, David Cameron prenait à son tour tout le monde de cours en annonçant que Theresa May, seule en piste, prendrait vite les rênes du gouvernement britannique. "Aussi, je me retire de l'élection à la tête du parti et je souhaite à Theresa May de réussir pleinement", a-t-elle continué.

Les deux femmes auraient dû initialement être départagées cet été par un vote des 150.000 adhérents du parti, pour une annonce du résultat le 9 septembre.

Mais ce n'est pas tout, avant cette interview, c'est le CV d'Andrea Leadsom qui s'était trouvé dans la ligne de mire: la ministre de l'Energie était accusée de l'avoir gonflé et d'avoir exagéré notamment son degré de responsabilité au sein des différents organismes financiers dans lesquels elle a travaillé avant d'entrer en politique.

"La ministre de l'Intérieur, qui avait soutenu le maintien dans l'UE pendant la campagne référendaire, s'est adressée en particulier aux "leaders économiques (du pays) qui n'ont pas préparé la possibilité d'une sortie".

"Plus tôt nous résoudrons cette situation compliquée, pour le dire de manière diplomatique, le mieux ce sera", lui a répondu depuis Bruxelles le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.

Côté travailliste, également fortement touché par l'onde de choc du Brexit, des élections pour la direction du Parti vont être organisées, après réception d'un nombre suffisant de candidatures face à Jeremy Corbyn, l'actuel dirigeant, a annoncé le secrétaire général du Labour.

Les critiques ont redoublé ces deux dernières semaines, avec une motion de défiance des députés travaillistes et la démission des deux tiers de son cabinet fantôme. "Donc nous aurons ici un nouveau Premier ministre mercredi soir". Elle a annoncé qu'après avoir perdu le soutien de nombreux députés, elle se retirait. Eurosceptique notoire, elle a créé la surprise en se ralliant au camp du Leave lors de la campagne pour le référendum sur la place du Royaume-Uni dans l'UE, plus par solidarité gouvernementale que par réelle conviction personnelle.

"Il serait contraire à la justice et à l'équité que le leader en poste ne soit pas dans le scrutin", a répondu Diane Abbott, une proche de M. Corbyn, lundi matin sur la BBC.

Theresa May, qui a reçu lundi l'appui du ministre des Finances George Osborne, devait faire une déclaration dans la journée, a indiqué l'un de ses soutiens.

"Nous quittons peut-être l'Union européenne mais nous ne quittons certainement pas les marchés mondiaux et le libre-échange", a-t-il déclaré à la chaîne américaine MSNBC. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.