Objectif Downing Street pour préparer le Brexit — Royaume Uni

13 Juillet, 2016, 01:58 | Auteur: Lynn Cook

Eurosceptique dans l'âme, elle avait pourtant choisi en début d'année de rester fidèle au Premier ministre et de défendre le maintien dans l'UE.

Michael Gove dans la danse, Boris Johnson savait dès lors qu'il lui serait quasiment impossible d'être élu à la direction du parti malgré sa popularité auprès de ses membres. "Le pays a parlé, la Grande-Bretagne quittera l'Union européenne ", "Le pays a parlé, la Grande-Bretagne quittera l'Union européenne", a-t-elle dit, soulignant le large soutien populaire pour cette option qui est ressorti du scrutin. "La campagne a été menée, le vote a eu lieu, le taux de participation a été élevé et le peuple a prononcé son verdict", a-t-elle ajouté comme pour dire aux Brexiters qu'elle comptait respecter leur choix.

Mais l'annonce surprise de la candidature de Michael Gove, le ministre de la Justice, risque de changer la donne et de fragiliser Boris Johnson: Gove a fait campagne pour le Brexit à ses côtés mais considère désormais qu'il ne peut se ranger derrière lui. Les autres candidats ont jusqu'à ce soir pour se faire connaître.

Dans un courriel rendu public mercredi par mégarde, l'épouse de Michael Gove avait déjà fait part à son mari de son manque de confiance dans les promesses de l'ancien maire de Londres. La ministre de l'Intérieur, Theresa May a également annoncé sa candidature portant un message plus rassembleur, dans une lettre publiée dans le Times.

"Celui qui vit par l'épée périra par l'épée", a averti l'un des députés.

Theresa May a, elle aussi, mis en doute la compétence de Boris Johnson.

La dernière vanne en date à l'encontre de Boris Johnson s'est cette fois réalisée en ligne et sur le site à caractère pornographique Pornhub... Le 24 juin, au lendemain du référendum, le Premier ministre avait annoncé qu'il quitterait son poste d'ici octobre et laisserait à son successeur la tâche de gérer la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Dans la semaine suivant le référendum, M. Johnson a publié une chronique promettant de réduire l'immigration et de maintenir l'accès aux marchés européens, une position qualifiée d'intenable par des responsables européens.

Boris Johnson dit au revoir au poste de chef du parti conservateur et de premier ministre. Le parti devra alors trancher lors d'un dernier vote, et le gagnant devrait être annoncé le 9 septembre.

Si la situation reste critique au sein des deux grands partis conservateur et travailliste, comme on l'observe aujourd'hui, et que le vote des députés, majoritairement favorables au maintien du pays dans l'Union, précipite une crise constitutionnelle, Theresa May, si c'est bien elle qui prendra les rênes du parti, pourrait ne pas survivre à la tempête.

Face à cette incertitude, le président de la République François Hollande ne cache plus son agacement.

Recommande: