Il y a urgence selon les médecins — Maladie de Lyme

13 Juillet, 2016, 14:34 | Auteur: Jonathan Ford
  • Maladie de Lyme: l'épidémie qu'on vous cache

Un collectif de plus de 100 médecins, emmenés par le Pr Christian Péronne, chef du service infectiologie de l'hôpital de Garches, a publié une tribune dans L'Obs, pour demander au gouvernement de mieux prendre en compte la maladie de Lyme. Cette infection, transmise par les morsures de tiques, est selon eux largement sous diagnostiquée et très mal prise en charge en France.

Suite à une réunion entre des représentants de la maladie de Lyme et le ministère de la Santé à la fin du mois de juin, le lancement d'un plan d'action national a été décidé. "Ils sont en fait atteints de la maladie de Lyme chronique, transmise par les tiques ".

Ils demandent "des financements publics pour améliorer les tests de diagnostic, actuellement non fiables".

"Des plaquettes officielles du gouvernement prétendent que le test actuel dépiste 100% des maladies de Lyme dans leur forme articulaire".

La prise en compte des conséquences de l'errance diagnostique des patients avec un statut d'affection longue durée et un remboursement à 100 % de leurs traitements. J'ai sorti des gens de l'asile ou de leur brancard avec un traitement prolongé d'antibiotiques.

Les signataires de la pétition publiée dans L'Obs demandent d'ailleurs "l'arrêt des poursuites contre les médecins qui ne suivent pas les recommandations officielles". Aujourd'hui, les médecins qui prescrivent au-delà s'exposent à des sanctions de la Sécurité sociale et peuvent finir devant les tribunaux. Les médecins demandent également, dans leur pétition la prise en compte des données scientifiques afin d'aboutir à un nouveau consensus thérapeutique adapté.

Une ancienne gérante d'un laboratoire d'analyse biologique, ainsi qu'un pharmacien, comparaîtront le 7 octobre devant la cour d'appel de Colmar pour avoir mis en œuvre des méthodes alternatives de diagnostic et de traitement de la maladie. Condamnés en première instance à de la prison avec sursis, ils sont considérés comme des "lanceurs d'alerte" par les membres de "Lyme sans frontières".

Des financements publics pour la recherche sur les maladies vectorielles à tiques.

En France, un déni de la maladie?

C'est un premier pas timide vers la reconnaissance officielle de la maladie de Lyme chronique.

Recommande: