Cessez-le-feu respecté à Juba — Soudan du Sud

13 Juillet, 2016, 01:14 | Auteur: Sandy Vega
  • Victoire du Portugal à l’Euro manifestations aux Etats-Unis violences au Soudan du Sud… L’essentiel de l’actualité à 8 heures

L'ONU a sollicité l'aide des pays voisins du Soudan du Sud, pour stopper l'escalade et protéger les civils dans ce pays, suite aux violents combats ayant éclaté ces derniers jours à Juba, la capitale, et pourrait leur demander d'augmenter les effectifs des casques bleus, indique un communiqué du Conseil de sécurité rendu public dimanche à New-York.

Newsletter Matinale: ce qu'il faut savoir avant de commencer la journée! Les combats intenses opposent les forces régulières et les ex-rebelles, les deux camps s'accusant mutuellement d'être responsables de ces nouvelles violences.

Ces personnes - en majorité des femmes et des enfants - ont fui les affrontements et se sont réfugiées dans les sites de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (Minuss) et dans d'autres endroits de la capitale.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé lundi au Conseil de sécurité de décréter "un embargo immédiat sur les armes" destinées au Soudan du Sud et de nouvelles "sanctions ciblées" contre les fauteurs de trouble.

Un peu plus d'une heure avant l'annonce du cessez-le-feu, le porte-parole de l'armée gouvernementale, lul Koang, avait ordonné aux soldats loyalistes de regagner leurs baraquements, et assuré que serait arrêté tout soldat, qu'il soit de l'armée gouvernementale ou d'une force "non-organisée", se livrant au pillage ou au harcèlement de la population.

La situation a dégénéré au cours du week-end et ce lundi, de violents combats ont eu lieu, impliquant de fortes explosions et des armes lourdes, entre les troupes de Salva Kiir et celles de Riek Machar, confirmés par des sources diplomatiques. Mais sur le terrain, les hostilités se poursuivent dans plusieurs régions.

Les combats de dimanche font craindre une reprise des combats à grande échelle dans ce pays déchiré depuis décembre 2013 par un conflit dévastateur, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés.

Le président de la Commission de surveillance et d'évaluation de l'accord de paix signé le 26 août 2015, Festus Mogae, a pour sa part appelé lundi à "une mise en œuvre immédiate" de cet accord et demandé l'organisation "dans les plus brefs délais" d'un sommet de l'Igad, une organisation rassemblant les pays de la région, à Juba. Les combats y ont fait au moins 300 morts.

Kiir et Machar ont fait samedi une apparition commune lors d'une conférence de presse au Palais de la république pour appeler leurs partisans à faire preuve de retenue, des appels qui apparemment n'ont pas été suivis d'effet.

Depuis Genève, une porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Vanessa Huguenin, a indiqué que "les derniers combats depuis vendredi ont déplacé 36.000 personnes", principalement des femmes et des enfants, de cette ville d'environ 1,5 million d'habitants.

Depuis jeudi soir, deux jours avant le 5 anniversaire de son indépendance, le Soudan du Sud est confronté à une flambée de violences. Des civils se sont également dirigés vers une autre base de l'ONU proche de l'aéroport.

Recommande: