20,8 millions de Français devant la finale, record pour M6

13 Juillet, 2016, 02:05 | Auteur: Ruben Ruiz
  • L'attaquant portugais Eder, une

Les joueurs et le sélectionneur Fernando Santos ont ensuite pris place à bord d'un bus à impériale décapotable rouge, barré du mot "Champions", afin de rejoindre le palais présidentiel, situé à l'autre bout de la capitale portugaise, où le chef de l'Etat Marcelo Rebelo de Sousa va leur décerner le titre de commandeur de l'ordre du mérite. Et en ajoutant: "La plus grande victoire de Cristiano Ronaldo". La sélection la plus représentée est bien entendu le Portugal avec quatre joueurs: Rui Patricio, Pepe, Raphael Guerreiro et Cristiano Ronaldo.

Ironie du sort, le Portugal a conquis son premier titre en ruinant les espoirs du pays organisateur, la France. Cette défaite fut un drame national.

"CHAMPIONS!", a tweeté Luis Figo, star de la Selecçao en 2004.

Cristiano Ronaldo en a 31 aujourd'hui, est devenu une icône planétaire et a à nouveau pleuré de rage et de douleur dimanche, avant une issue finalement heureuse.

Après les larmes de tristesse versées alors qu'il quittait la pelouse du Stade de France sur une civière, l'idole du Real Madrid a pleuré de joie en voyant son compatriote Eder marquer le but libérateur en prolongation.

Ce but a permis à Ronaldo de soulever le trophée lors de la cérémonie finale et déclenché des scènes de liesse à travers tout le Portugal.

Loin, très loin de ces scènes de joie, la France s'est réveillée amère lundi.

Le président de la République recevait les Bleus ce lundi à déjeuner à partir de 13 h 00 après leur bon parcours achevé en finale alors que les supporters portugais rentraient à la maison en héros.

Meurtrie par les attentats de 2015, plombée par la crise économique et un climat social toujours lourd, la France souhaitait ardemment vivre une parenthèse enchantée grâce à une victoire.

C'est le grand soir pour les Bleus de Didier Deschamps, en finale de leur Euro contre le Portugal. Il a notamment inscrit un doublé en demi-finale contre l'Allemagne (2-0). "C'est très dur, il faudra l'accepter et le digérer".

Recommande: