Theresa May au poste de Premier ministre — Royaume-Uni

12 Juillet, 2016, 22:03 | Auteur: Aubrey Nash

Ce mercredi, Theresa May succédera à David Cameron comme Premier ministre du Royaume-Uni. Cette dernière deviendra donc locataire du 10, Downing Street d'ici le 13 juillet. La députée, mère de trois enfants, a affirmé au journal que son statut de mère lui conférait un avantage sur Theresa May, mariée sans enfants, alors même que la ministre de l'Intérieur avait révélé son infertilité dans une interview au Mail on Sunday six jours auparavant. Sauf que les catégories les plus modestes du Royaume-Uni se sont tirées une balle dans le pied en ne mesurant pas, campagne démagogique aidant, ce que les subventions européennes leur apportaient réellement.

Lors d'un discours à Birmingham, la deuxième ville d'Angleterre, Theresa May s'est engagée lundi à placer le gouvernement au service "des gens simples qui travaillent" et a estimé que le référendum du 23 juin était un vote en faveur de "sérieux changements".

Si Theresa May est comparée par la presse britannique à Margaret Thatcher, la réalité veut plutôt qu'elle se rapproche encore plus d'Angela Merkel. Je ne vais pas boire des verres dans les bars du Parlement. Avec sa sobriété et sa compétence dans un poste régalien, on pourrait rajouter une couche et dire qu'elle est un peu la Michèle Alliot-Marie d'outre-Manche.

Même si elle va le remplacer, Theresa May a toujours été très fidèle au Premier ministre sortant. Intransigeante avec les membres du Parti conservateur qui rechignaient à laisser aux femmes et aux minorités la place qu'elles méritent, elle n'a pas hésité à qualifier sa famille politique de "nasty party" (parti méchant) en 2002.

► En guerre contre la délinquance, elle entend aussi réduire la fracture sociale en Grande-Bretagne.

. Aujourd'hui, elle va créer une politique progressiste, c'est à dire investir dans l'éducation. Il a aussi exprimé son immense "gratitude à l'égard de tout ce qu'il a fait pour le pays et pour la façon dont il a transformé le parti conservateur". Ou est-ce que cela se produira après une période limitée, une fois que la nouvelle Première ministre aura réfléchi à sa stratégie?

"Theresa est une femme drôlement difficile", commentait récemment sur une télévision l'ex-ministre Kenneth Clarke, député conservateur. Et c'est avec une position assez ferme que May entend conduire le Brexit à son terme.

Elle a annoncé, qu'elle placerait la priorité sur la construction de logements, la lutte contre l'évasion fiscale, la diminution des coûts énergétiques et la réduction d'un écart "malsain " entre le salaire des employés et celui des grands patrons. Elle y reviendra dès mercredi en tant que Premier ministre.

Son gouvernement devrait aussi comprendre plusieurs figures pro-Brexit, dans une tentative d'apaiser un parti conservateur qui s'est déchiré sur le référendum, et démontrer aux Britanniques qu'elle compte bien mettre en oeuvre ce pour quoi ils ont voté.

La chancelière allemande Angela Merkel a de son côté demandé au Royaume-Uni de "rapidement" clarifier ses intentions et le commissaire aux Affaires européennes Pierre Moscovici a appelé mardi Theresa May à hâter les discussions sur le Brexit.

Recommande: