Soudan du Sud : une guerre "insensée"

12 Juillet, 2016, 21:19 | Auteur: Lynn Cook
  • Des civils réfugiés dans un camp le 11 juillet 2016 à Tomping à Juba

Selon un responsable de l'ONU, un Casque bleu chinois a été tué dans les combats à Juba et 12 autres de diverses nationalités ont été blessés. Il a exhorté le gouvernement de transition d'unité nationale à "enquêter rapidement sur ces attaques, prendre des mesures pour mettre fin aux combats, réduire les tensions et tenir les auteurs des attaques pour responsables ".

Aucun coup de feu ou tir d'artillerie n'était entendu mardi et aucun hélicoptère de combat n'était visible dans le ciel de Juba, selon un correspondant de l'AFP sur place, des témoins et des médias locaux. Les deux hommes ont fini par annoncer lundi soir un cessez-le-feu réclamé depuis plusieurs jours par la communauté internationale. Ces affrontements, qui ont fait au moins 150 morts depuis deux jours, mettent en péril un fragile accord de paix signé l'année dernière dans le plus jeune État du monde, qui fêtait samedi ses cinq ans d'indépendance.

La reprise des combats ce week-end dans la capitale du Soudan du Sud montre la difficulté pour les anciens frères ennemis de s'entendre.

Le Conseil a exprimé son soutien envers la MINUSS et s'est dit prêt à envisager de renforcer la Mission pour faire en sorte qu'elle puisse prévenir et répondre à la violence au Soudan du Sud, a dit le Président du Conseil.

Ils ont provoqué une crise humanitaire, forçant près de trois millions d'habitants à fuir leurs foyers et quelque cinq millions, plus d'un tiers de la population, à dépendre d'une aide alimentaire d'urgence.

Les membres du Conseil "envisagent de renforcer" la Minuss, la mission de l'ONU au Soudan du Sud, et demandent aux pays de la région "de se préparer à fournir des troupes supplémentaires au cas où le Conseil le déciderait".

Dimanche, les combats ont repris dans la capitale sud-soudanaise, Juba, entre les forces gouvernementales et l'opposition. Ils ont déjà fait plus de 270 morts. La montée en puissance par paliers des affrontements depuis les premiers incidents isolés de la semaine passée et d'autres indices encore indiquaient que Juba allait s'embraser, et que les deux camps, rapprochés de force par un accord de paix, ne songeaient en fait qu'à une ultime bataille.

"Pour rétablir véritablement la paix, le Conseil de sécurité de l'ONU doit veiller à ce que tous les pays arrêtent d'approvisionner en armes le Soudan du Sud en imposant immédiatement un embargo total sur les armes", a déclaré Elizabeth Deng. Des soldats des deux parties sont stationnés près du camp de l'ONU et des habitants de la zone se sont réfugiés dans l'enceinte. "En réponse aux violences actuelles", le département d'Etat, "ordonne le retrait du personnel non-essentiel de l'ambassade américaine à Juba", a-t-il ajouté.

Il n'était pas possible dans l'immédiat de vérifier ces accusations.

Depuis décembre 2013, les combats entre forces pro-Kiir et pro-Machar ont fait plusieurs dizaines de milliers de morts dans un conflit politique compliqué par des hostilités entre ethnies et des luttes au niveau local.

Le président de la Commission de surveillance et d'évaluation de l'accord de paix signé le 26 août 2015, Festus Mogae, a pour sa part appelé lundi à "une mise en œuvre immédiate" de cet accord et demandé l'organisation "dans les plus brefs délais" d'un sommet de l'Igad, une organisation rassemblant les pays de la région, à Juba. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: