Kiir et Machar annoncent un cessez-le-feu — Soudan du Sud

12 Juillet, 2016, 13:22 | Auteur: Lynn Cook
  • Kiir et Machar annoncent un cessez-le-feu — Soudan du Sud

Pour le deuxième jour consécutif, la capitale sud-soudanaise Juba a été le théâtre ce lundi de violents combats entre les hommes fidèles à Salva Kiir et les ex-rebelles qui soutiennent le vice-président Riek Machar, traumatisant la population, malgré la réprobation d'une communauté internationale impuissante.

On ignorait lundi le nombre de victimes des combats de dimanche mais, d'après plusieurs médias locaux citant le ministère de la Santé, 270 personnes, combattants et civils, ont péri dans de premiers affrontements vendredi.

Le calme semblait être de retour mardi matin à Juba, la capitale du Soudan du Sud, au lendemain d'un cessez-le-feu annoncé après quatre jours de combats meurtriers entre forces loyalistes et ex-rebelles, a rapporté un correspondant de l'AFP. "Le président Salva Kiir est déterminé à poursuivre son partenariat avec Riek Machar".

Ces combats ont fait "plus de 300 morts" dans la seule journée de vendredi, a précisé le ministre de l'Information.

Les combats de dimanche, au lendemain du 5e anniversaire de l'accession à l'indépendance du Soudan du Sud, font craindre une reprise des combats à grande échelle dans tout le pays, déchiré depuis décembre 2013 par un guerre civile dévastatrice, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés.

Les membres du Conseil "envisagent de renforcer" la mission de l'ONU au Soudan du Sud et demandent aux pays de la région "de se préparer à fournir des troupes supplémentaires au cas où le Conseil le déciderait".

Kiir et Machar annoncent un cessez-le-feu — Soudan du Sud
Kiir et Machar annoncent un cessez-le-feu — Soudan du Sud

Le décret présidentiel qui a été lu sur la SSTV (télévision d'Etat du Soudan du Sud) par le ministre de l'Information, Michael Makwei, a souligné que la décision prendrait effet lundi à partir 18 heures.

Le secrétaire général de l' ONU, Ban Ki-moon, a demandé hier au Conseil de sécurité de décréter "un embargo immédiat sur les armes" destinées au Soudan du Sud et de nouvelles "sanctions ciblées" contre les fauteurs de trouble qui bloquent le processus de paix. Aucun bilan n'est disponible pour les jours suivants, alors que deux Casques bleus chinois ont été tués par une "bombe" ayant touché dimanche un véhicule blindé de l'ONU. "Cela doit cesser", a déclaré dans un communiqué Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale du président Barack Obama. Les ministres des Affaires étrangères de l'organisation régionale des pays d'Afrique de l'Est (Igad) doivent se réunir en urgence lundi à Nairobi.

Des pluies orageuses se sont abattues sur Juba toute la nuit, rendant encore plus précaire la situation des milliers de civils apeurés qui ont dû fuir à la hâte les quartiers les plus touchés par les affrontements.

Certains se sont réfugiés dans un camp de l'ONU, à proximité duquel les combats ont éclaté.

Les combats se sont concentrés autour de la base des Nations unies dans le quartier de Jebel, où quelque 30 000 civils se sont réfugiés.

Le président de la Commission de surveillance et d'évaluation de l'accord de paix signé le 26 août 2015, Festus Mogae, a pour sa part exhorté lundi à "une mise en oeuvre immédiate" de cet accord. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: