Juba toujours sous les bombes — Soudan du Sud

12 Juillet, 2016, 15:43 | Auteur: Lynn Cook
  • Juba toujours sous les bombes — Soudan du Sud

Le Conseil de Sécurité "envisage de renforcer" la mission de l'ONU au Soudan du Sud "Minuss", et demande aux pays de la région "de se préparer à fournir des troupes supplémentaires" en cas de besoin.

Ces combats, impliquant de l'artillerie lourde, ont éclaté dans la matinée vers l'aéroport et le quartier de Tomping, dans le centre, a indiqué à l'AFP une source diplomatique occidentale.

Devant la poursuite des violents combats à Juba, il a aussi exhorté le Conseil à "renforcer la mission de l'ONU au Soudan du Sud" en la dotant en particulier d'hélicoptères de combat.

Tous les commandants de l'armée gouvernementale (SPLA) ont " ordre de cesser tout combat et d'obéir à ce décret, de contrôler leurs forces et de protéger la population civile et ses biens", ainsi que d' "assurer la protection de tout groupe ethnique qui pourrait être visé", a poursuivi M. Makuei, selon lequel tout ex-rebelle " qui se rend à la SPLA doit être protégé ".

Face à la flambée de violence qui touche la capitale, le président de la République a demandé à ses troupes de cesser le combat. La présence d'hélicoptères de combat et de chars a également été signalée.

Depuis vendredi, les combats auraient fait près de 300 morts, selon des sources locales, mais ce bilan très certainement en deçà de la réalité puisqu'il porte essentiellement sur les pertes de vendredi.

De son côté le vice-président et rival de Salva Kiir, Riek Machar, a lui aussi demandé à ses troupes de faire taire les armes: "J'informe toutes les troupes qui se sont battues et se sont défendues qu'elles doivent respecter ce cessez-le-feu et rester où elles se trouvent en ce moment", a-t-il déclaré sur les ondes de Eye Radio Juba.

"Les Etats-Unis condamnent fermement les nouveaux combats qui ont eu lieu à Juba aujourd'hui (dimanche) entre les forces fidèles au président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du vice-président Riek Machar, y compris les possibles attaques contre des sites civils qui nous ont été rapportées", a annoncé le porte-parole du département d'Etat américain John Kirby dans un communiqué. D'autres se sont réfugiés par centaines dans les églises de la ville.

Depuis décembre 2013, le conflit au Soudan du Sud a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés.

Dimanche, le conseil de sécurité de l'ONU a également souligné que "les attaques contres les civils ou contre le personnel et les locaux de l'ONU pourraient constituer des crimes de guerre".

Une réunion des ministres des Affaires étrangères de la sous-région (Igad) est prévue lundi après-midi à Nairobi pour discuter de la crise. De plus, selon un responsable de l'ONU, un Casque bleu chinois a été tué dans les combats et 12 autres de diverses nationalités ont été blessés.

Le Sud à majorité chrétienne se sépare ainsi du Nord musulman après six ans d'autonomie et des décennies de guerre civile entre rebelles sudistes et gouvernements successifs de Khartoum (1959-1972 puis 1983-2005), qui a fait des millions de morts.

Recommande: