L'OTAN renforcera sa présence militaire sur sa bordure orientale

11 Juillet, 2016, 03:24 | Auteur: Lynn Cook
  • L'OTAN renforcera sa présence militaire sur sa bordure orientale

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a toutefois annoncé qu'une nouvelle réunion de "dialogue" entre l'Alliance et la Russie se tiendrait au niveau des ambassadeurs le 13 juillet à Bruxelles.

Au deuxième jour de la rencontre de l'OTAN à Varsovie, en Pologne, M. Stoltenberg a dit aux journalistes que les dirigeants avaient "pris des décisions pour renforcer (leurs) partenaires au-delà de (leurs) frontières".

Le nouveau QG bruxellois de l " Otan est un complexe futuriste avec une façade de verre, situé à la sortie de Bruxelles, non loin de ses locaux actuels, près de l'aéroport de la capitale belge.

Réunis en sommet vendredi et samedi à Varsovie, les chefs d'état et de gouvernements des pays membres de l'OTAN, auront à entériner la riposte à la Russie, accusée d'implication dans le conflit qui ravage la partie Est de l'Ukraine à la faveur du soutien présumé apporté par Moscou aux rebelles en lutte contre les forces ukrainiennes et qui contrôlent un tiers du territoire ukrainien. L'OTAN, bras armé des Etats-Unis, a besoin d'un ennemi pour justifier ses dépenses et entend donc relancer la guerre froide en recréant la menace russe.

Barack Obama avait auparavant fait état de l'envoi d'un millier de soldats américains pour un de ces bataillons, où ils se tiendront "côte à côte" avec leurs camarades polonais.

"Ils signifient qu'une attaque contre l'un des alliés sera considérée comme une attaque contre l'Alliance dans son ensemble", a-t-il déclaré au terme d'une première après-midi de travaux entre les 28 pays membres de l'Otan. Les 28 chefs d'État et de gouvernement ont décidé de déployer quatre bataillons dans les États baltes et en Pologne, soit environ 4 000 hommes, un défi sans précédent envers Moscou depuis la Guerre froide.

François Hollande a demandé vendredi aux 27 autres membres de l'Alliance atlantique de prendre leur part au budget de l'Otan, dont la France est l'un des principaux contributeurs.

"La Grande-Bretagne demeurera par ailleurs un des " pays leaders " de l'Otan en termes de capacités militaires et doit " continuer à apporter une contribution majeure à la sécurité européenne ", a-t-il insisté.

"Dans les bons comme dans les mauvais jours, l'Europe peut compter sur les Etats-Unis".

Le président Barack Obama a mis en garde vendredi contre un Brexit trop houleux, qui serait néfaste à la sécurité des pays occidentaux déjà inquiets de la politique de la Russie à l'égard de ses anciens satellites. Certes, mais pour un certain nombre d'analystes, ce renforcement du flanc oriental de l'Alliance n'est pas adapté à la menace d'actions hybrides de la Russie, comme en Crimée en 2014 puis dans le Donbass.

Le président russe Vladimir Poutine avait accusé fin juin l'Otan de vouloir entraîner son pays dans une course aux armements "frénétique" et de rompre "l'équilibre militaire" en vigueur en Europe depuis la chute de l'URSS.

"Je pense qu'il est de notre intérêt et de l'intérêt de tous que la Grande-Bretagne reste un allié solide de l'Otan et un partenaire fort", a-t-il ajouté, à l'unisson du président américain.

Recommande: