La Corée du Nord projette d'anéantir le système antimissile américain

11 Juillet, 2016, 07:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Pyongyang menace Séoul de détruire le bouclier anti-missile américain

SÉOUL, Corée du Sud - La Corée du Nord a menacé lundi d'engager une "action physique" contre un bouclier antimissile américain parmi les plus performants du monde, que Séoul et Washington veulent déployer en Corée du Sud. "Il y aura des mesures de réponse physique de notre part dès que cet instrument d'invasion de la suprématie mondiale des Etats-Unis, Thaad, sera apporté en Corée du Sud", déclare l'armée nord-coréenne dans un communiqué.

Le texte avertit aussi la Corée du Sud qu'en acceptant le bouclier antimissiles, elle s'expose à une "autodestruction misérable".

Au lendemain de l'annonce américano-sud-coréenne, Pyongyang a annoncé avoir testé un missile balistique lancé par sous-marin, s'attirant de nouvelles critiques internationales.

"Nous mettons à nouveau en garde les ennemis contre la volonté inébranlable de l'Armée populaire de Corée (APC) d'effectuer des contre-attaques impitoyables pour réduire la Corée du Sud en une mer de feu et de cendres une fois l'ordre donné", a déclaré le bureau d'artillerie de l'armée cité par la KCNA. La date et le lieu précis de ce déploiement n'ont pas encore été déterminés. Selon le ministère sud-coréen de la Défense, le choix du site de déploiement du Thaad pourrait intervenir "d'ici quelques semaines", le but étant qu'il soit opérationnel pour la fin 2017.

Le 22 juin, la Corée du Nord avait déjà testé deux puissants missiles Musudan, capables théoriquement d'atteindre des bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique.

En mars dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé les plus lourdes sanctions jusqu'à présent contre la Corée du Nord pour son quatrième essai nucléaire de janvier et son tir de fusée à longue portée en février.

Cette décision est destinée à faire face aux menaces balistiques croissantes du Nord, sur fond d'inquiétudes concernant les progrès techniques réalisés par la Corée du Nord dans ses programmes nucléaire et balistique.

Samedi, plus de 3500 habitants du comté de Chilgok se sont rassemblés pour dénoncer le projet, disant que la région stagnait depuis le déploiement de troupes américaines en 1960.