Erdogan participera au sommet de l'OTAN en Pologne — Turquie

11 Juillet, 2016, 04:47 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Erdogan participera au sommet de l'OTAN en Pologne — Turquie

À Varsovie, les dirigeants de l'Otan vont compléter le renforcement de l'Alliance face à la Russie décidé après le début de la crise ukrainienne.

Les détails concernant la contribution des Forces armées canadiennes seront précisés lors de ce sommet, mais, alors que L'Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni commanderont les trois autres bataillons, respectivement en Lituanie, en Pologne et en Estonie, on s'attend à ce que le premier ministre Trudeau annonce que les soldats canadiens seront déployés en Lettonie.

" Notre alliance transatlantique vit peut-être son moment le plus important depuis la fin de la Guerre froide ", a averti le président Obama dans une tribune parue dans le quotidien Financial Times.

Le premier ministre canadien a quant à lui rappelé la décision de son gouvernement de faire jouer au Canada un rôle de leader en Europe dans le cadre de la confrontation entre l'OTAN et la Russie et défendu les budgets modestes consacrés à la défense nationale, arguant que le pays accroît autrement son rôle international, l'accroissement du rôle du Canada et celui du budget de la Défense n'allant pas forcément de pair.

Plus incisif, le président français François Hollande asséné que la Russie n'était ni un "adversaire" ni une "menace" mais un "partenaire" et dénié toute "vocation à l'Otan à peser dans la relation entre l'Europe et la Russie". Ces mesures sont prises suite à l'annexion de la Crimée et de l'offensive séparatiste pro-russe dans l'est de l'Ukraine au printemps 2014.

L'Union européenne et l'Otan ont signé vendredi une déclaration conjointe par laquelle les deux organisations "complémentaires et se renforçant mutuellement", basées toutes les deux à Bruxelles, s'engagent à coopérer davantage, notamment pour lutter contre des menaces communes visant leurs Etats-membres.

Le dossier ukrainien sera inscrit également à l'ordre du jour du Sommet de Varsovie.

L'Alliance espère ainsi dissuader toute tentation russe de pousser plus avant ses pions vers son ancienne sphère d'influence.

Certes, les quatre bataillons ne pèseraient pas lourd face aux divisions russes si elles franchissaient la frontière. Comme d'autres pays de l'OTAN, la France y participera en fournissant l'équivalent d'une compagnie (150 hommes). Mais les grands pays de l'Ouest seraient physiquement impliqués et donc incités à riposter, dans la logique même de sécurité collective de l'Otan.

Le parti conservateur au pouvoir en Pologne a déposé dans la précipitation jeudi au parlement une version amendée de sa réforme constitutionnelle pour tenter de rassurer ses alliés occidentaux quelques heures avant l'ouverture du sommet de l'Otan à Varsovie.

De la même manière, Moscou a vivement critiqué vendredi l'installation d'un bouclier antimissile américain en Corée du Sud, estimant qu'il va "porter atteinte à l'équilibre de la région" et pourrait avoir des "conséquences irréparables".

Recommande: