Marion Maréchal-Le Pen, Trump, Brexit: ce que pense Marine Le Pen

07 Juillet, 2016, 12:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Marine Le Pen commence entre autres à monter sa possible équipe gouvernementale

Marine Le Pen souhaite plus que jamais un référendum en France après la victoire du Brexit au Royaume-Uni et affirme qu'elle démissionnerait si elle perdait le scrutin après avoir été élue à la présidentielle de 2017.

Dans une longue interview donnée à l'hebdomadaire Valeurs Actuelles dans le numéro qui sortira jeudi, Marine Le Pen revient sur un grand nombre de sujets.

La présidente du FN profite également du récent Brexit pour s'en prendre à certains de ses adversaires politiques. Au passage, elle s'en prend à ceux qui estiment que ce n'est pas le moment d'organiser une telle consultation des Français, et notamment à Alain Juppé qui a estimé qu'un tel référendum lui offrirait "une victoire sur un plateau". "Voilà un homme qui est candidat à la présidentielle et qui assume qu'il ne faut pas laisser le peuple s'exprimer au motif que cela nuirait à ses intérêts politiciens!", s'exclame-t-elle avant de qualifier le maire de Bordeaux de "symbole de l'éloignement assumé de la classe politique du concept même de démocratie et donc de celui de souveraineté et de nation". "Combien ont prédit la désignation de Trump comme candidat républicain?".

Pour la présidente du FN qui, si elle était Américaine, voterait pour Donald Trump plutôt qu'Hillary Clinton (qui "incarne tout ce que les États-Unis ont pu construire et exporter de néfaste dans le monde en termes de modèle économique, de choix internationaux "), ce scrutin populaire devrait sanctionner une "période de renégociation profonde de la nature de l'Union européenne ".

Revenant sur sa proposition d'instituer un septennat non renouvelable, la présidente du FN réaffirme que cette réforme fera l'objet d'une révision constitutionnelle également par référendum.

"Si j'étais Américaine, je voterais 'tout sauf Hillary Clinton' ", a ainsi déclaré la candidate à la présidentielle. Selon elle, le milliardaire américain "ne mérite ni excès de compliments ni excès d'opprobre".

S'agissant de Donald Trump, "il faut analyser sa percée à l'aune de ce qu'est la politique américaine: s'il apparaît comme étant une espèce d'extraterrestre, c'est précisément parce qu'il évolue dans un système totalement cadenassé", assure Marine Le Pen. Mais pour Marine Le Pen, la députée du Vaucluse est "un peu rigide parfois et doit développer son sens du collectif".

Recommande: