Siemens et Gamesa fusionnent, Areva se retire — Eolien

25 Juin, 2016, 02:56 | Auteur: Aubrey Nash

Après un long trou d'air, l'éolien a de nouveau le vent en poupe.

Gamesa et Siemens s'allient pour créer un géant mondial de l'éolien Madrid - Le groupe espagnol Gamesa et l'allemand Siemens ont annoncé vendredi la fusion de leurs activités dans l'éolien pour créer un géant mondial du secteur, alors que la demande pour les énergies renouvelables explose.

Les deux groupes étaient en discussion depuis six mois.

Le nouvel ensemble affiche un chiffre d'affaires de 9,3 milliards d'euros et un carnet de commandes d'environ 20 milliards d'euros. Seules les activités d'éolien offshore seront basées en Allemagne et au Danemark.

Siemens et Gamesa "ont des marchés, des produits et des technologies parfaitement complémentaires", mettent en avant les deux parties. Très présent en Europe et en Amérique du Nord, Siemens est très présent dans l'éolien en mer mais à plus de mal dans l'éolien terrestre.

Gamesa est en position de force en Amérique latine en particulier, une région où il a choisi de se développer lorsque, en 2013, le gouvernement espagnol a réduit les subventions aux énergies propres. Il s'est aussi implanté en Inde et en Chine.

Les éoliennes sont de plus en plus grandes, les parcs aussi, et les fabricants de turbines doivent investir massivement.

Le secteur de l'éolien est en pleine mutation.

Cette nouvelle donne explique une telle vague d'alliances sur le vieux continent.

En 2015, le turbinier allemand Nordex et l'espagnol Acciona ont mis en commun leurs activités dans l'éolien.

Gamesa et Siemens avaient fait savoir en janvier qu'ils discutaient d'un rapprochement qui donnerait naissance à un nouveau numéro un mondial de l'éolien mais le projet était freiné par les engagements français pris dans le cadre de la coentreprise Adwen créée dans l'éolien offshore entre Gamesa et Areva. Adwen est chargée, entre autres, de la conception, fabrication, installation et maintenance des éoliennes offshores qui vont être installées en baie de Saint-Brieuc.

General Electric devrait regarder le dossier.

Le siège de la nouvelle entreprise, dont le nom n'a pas été décidé selon le patron de Siemens Joe Kaeser, sera en Espagne et Gamesa en aura le contrôle opérationnel.

L'américain General Electric a élargi son portefeuille aux turbines offshore en rachetant les activités énergie du groupe français Alstom l'an dernier.

Recommande: